Le TOC qu’est-ce que c’est ?

 Sentiment d’être en cage et ne pouvoir s’en échapper (Prof. B. Draganski – CHUV)

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) se caractérise par la présence d’obsessions ou de compulsions récurrentes qualifiées de suffisamment sévères pour entrainer une perte de temps, soit plus d’une heure par jour, d’où un sentiment marqué de souffrance dans le fonctionnement personnel ou social d’un individu.

De plus, une personne aux prises avec un TOC reconnait, à un certain moment de l’évolution de son trouble, le caractère excessif ou déraisonnable de ses obsessions ou compulsions.

Le trouble obsessionnel compulsif est un trouble anxieux grave qui affecte environ un adulte sur quarante, ce qui en fait une maladie aussi répandue que la schizophrénie et le trouble bipolaire. Il se place au quatrième rang parmi les troubles psychiatriques les plus fréquents et on le retrouve dans une proportion similaire chez les hommes et les femmes de partout dans le monde. Généralement, ce trouble apparait au cours de l’adolescence ou en début d’âge adulte et il évolue. Cependant, il est possible de voir un début du trouble durant l’enfance.

Quelles sont les conséquences du TOC ?

Les conséquences du trouble obsessionnel compulsif sur la qualité de la vie de la personne atteinte sont énormes. Cette problématique peut affecter plusieurs aspects de la vie d’une personne, notamment sa capacité et sa manière de réfléchir, ses sentiments et son comportement. Les symptômes du trouble obsessionnel compulsif peuvent varier de légers à graves et, habituellement, s’intensifient ou s’atténuent au fil du temps.

Dans les cas plus graves (moins de 20 % des cas), les obsessions et les compulsions peuvent occuper la journée entière et entrainer une perturbation importante du fonctionnement. Il existe un traitement qui peut alléger de manière significative le poids des obsessions et des compulsions. En général, le traitement est une combinaison de pharmacothérapie et de psychothérapie de type cognitivo comportementale (TCC).

Comment se manifeste le TOC ?

Lorsqu’une personne est gagnée par l’inquiétude, l’anxiété, il s’agit d’«obsession». Les obsessions sont des pensées non provoquées ou « intrusives », des besoins ou des images qui reviennent sans cesse à l’esprit. Les personnes atteintes du TOC perçoivent leurs obsessions comme quelque chose d’inacceptable et parfois de répugnant. Fréquemment, pour soulager la souffrance et l’anxiété, ces personnes adoptent des rites. Ces rites peuvent éventuellement devenir des fixations et se poursuivre pendant des heures. Bien que la personne ait conscience que ces rites n’ont pas de sens, elle se sent obligée de les exécuter continuellement. Poussés à cet extrême, les rites deviennent des « compulsions ».

Les compulsions

Qu’est-ce qu’une compulsion ?

Dans le trouble obsessionnel-compulsif, l’action produite suite à une pensée obsessionnelle est la compulsion. La nature dérangeante de l’obsession contraint habituellement les gens à effectuer un geste pour réprimer la pensée et l’état dans lequel ils sont plongés.

Les compulsions peuvent se présenter comme une action observable ou comme un rituel mental. Le rituel mental n’est pas visible par les autres ; c’est une action qui se déroule dans votre tête.

À quoi servent ces compulsions ?

Le but de la compulsion est d’éliminer le danger dont l’obsession nous menace. Les actions compulsives apportent un soulagement temporaire à la détresse, au malaise ou au dégoût engendré par l’obsession.

Les compulsions mettent fin ou préviennent l’anxiété et l’inconfort provenant de la pensée obsessionnelle. Par exemple, porter des gants pour prendre le courrier est une compulsion si cette action est faite dans le but d’éviter un contact physique qui serait une source d’anxiété.

La compulsion peut être une action mineure ou imperceptible comme de placer les meubles de manière à voir un élément plus clairement sans avoir à s’en approcher; placer les objets de façon à ne pas avoir à les laver ou les déplacer.

La compulsion peut prendre une forme verbale quand il y a répétition de phrases ou de mots pour se réconforter ou recevoir le réconfort des autres.

La compulsion peut prendre la forme d’une stratégie mentale lorsque le moyen pour se débarrasser de l’obsession est de remplacer cette pensée par une autre image réconfortante ou une histoire, de compter ou d’effectuer un rituel magique.

Cette forme particulière de compulsion s’appelle également la neutralisation.

Quelles sont les principales compulsions ?

Nettoyage/lavage : se laver les mains trop souvent comme s’il s’agissait d’un rite, se doucher, prendre des bains, se brosser les dents, faire sa toilette souvent ou suivant une pratique détaillée. Nettoyer des articles ménagers ou d’autres objets, éviter les situations et les objets que l’on croit « contaminés »

Vérifications : s’assurer qu’on ne nuit ni à soi, ni à autrui, s’assurer que rien de terrible ne se produise et qu’aucune erreur ne soit commise. Il y a donc plusieurs vérifications d’une même chose (porte verrouillée, cuisinière éteinte).

Ordre/rangement : s’assurer que tout est conforme à une règle spécifique, qu’il s’agisse de draps de lit ou de notes de bureau. Replacer sans cesse les objets jusqu’à la conformité.

Accumulation : collectionner des articles selon toute vraisemblance inutiles, par exemple du papier, des revues, des serviettes, des bouteilles ou des ordures et être incapable de se débarrasser de ces articles.

Les obsessions

Qu’est-ce qu’une obsession ?

Les obsessions sont des pensées récurrentes à l’effet que quelque chose de terrible peut arriver, à soi ou à son entourage.

  • Je n’ai peut-être pas bien verrouillé la porte et je vais me faire voler.
  • J’ai peut-être frappé quelqu’un sur la route sans m’en apercevoir et je serai mis en prison.
  • Je me demande si je n’ai pas, par mégarde, dit quelque chose aujourd’hui au travail qui aurait pu déranger ou blesser des gens.
  • La poignée de porte que j’ai touchée est peut-être sale, cela va me contaminer et je vais contaminer tout le monde autour de moi.

Contre sa volonté, l’obsession amène à imaginer une série de conséquences sinistres que la personne souhaite éviter à tout prix. Un besoin urgent d’agir apparaît généralement avec l’obsession. En effet, le seul fait d’envisager que sa pensée puisse se réaliser contraint la personne à agir afin de prévenir le danger. L’action qu’elle pose à ce moment-là se nomme une compulsion.

Trois points importants au sujet des obsessions

Les obsessions contiennent toujours un élément de doute. On imagine une éventualité ; la pensée est formulée en terme de « cela arrivera peut-être ».

Le doute n’est fondé sur aucune information réelle, il est plutôt généré par la pensée qu’un danger est possible en dépit de ce qui a été vu ou décelé par les sens.

La pensée est parfois horrifiante et concerne un danger ou un malheur susceptible de se produire.

C’est le doute qu’une situation dangereuse puisse se produire qui génère l’anxiété. Si la personne était certaine que cette situation ne pourrait se produire à l’instant même où elle l’imagine, alors elle ne serait pas si obsédée.

Quelles sont les principales obsessions ?

La contamination : crainte de contamination par la poussière, les microbes ou d’autres maladies (par exemple, par une poignée de main), crainte de sa propre salive, de son urine, de ses excréments, de son sperme ou de ses sécrétions vaginales. 

Doutes constants : crainte d’avoir accompli ou omis d’accomplir une action qui pourrait être préjudiciable (par exemple, éteindre le four ou oublier de fermer une porte à clé), peur de commettre une erreur.

Ordre : peur que les choses ne soient pas « exactement à leur place » et s’affoler lorsque des objets sont déplacés ou touchés. L’accent est mis sur l’exactitude et l’ordre.

Obsessions religieuses : crainte d’avoir des pensées blasphématoires, préoccupation par des images et des pensées religieuses.

Agressivité : crainte de se blesser (par exemple, en mangeant avec un couteau ou une fourchette, en manipulant des objets pointus ou en marchant à proximité de vitres), crainte de faire du tort à quelqu’un (par exemple, provoquer une intoxication alimentaire, faire du mal à un bébé, pousser une personne devant un train ou vexer quelqu’un), crainte de laisser échapper des obscénités en public.

Obsessions sexuelles : pensées, images ou envies interdites ou non désirées (par exemple, images pornographiques récurrentes), pensées évoquant des rapports sexuels avec des enfants ou des parents, crainte d’être homosexuel.